1. Les antennes du clocher

2. Participation de la mairie aux frais de cantine


 

1. Les antennes du clocher

Communiqué de l’OGEC aux parents d’élèves

Suite aux inquiétudes manifestées par quelques parents au sujet de la présence d’émetteurs radio dans le clocher de l’église Sainte-Thérèse à proximité de l’école Saint-François d’Assise, l’OGEC a sollicité, à la demande de l’APEL, une société spécialisée pour mesurer le champ électrique dans les locaux de l’école.

Cette campagne de mesure a été réalisée par une société accréditée, la société Emitech, le 16 juin 2010 sur 10 points ou emplacements différents selon le protocole de mesure défini le 15 avril 2004 par l’Agence nationale des fréquences, avec du matériel spécialement étalonné et certifié. Le rapport établi par la société Emitech le 9 juillet 2010 a également été communiqué à tous les opérateurs ayant des installations dans le clocher et à l’Agence nationale des fréquences.

Il en ressort que

* les deux points les plus exposés (ceux où le champ électrique est le plus élevé) parmi les dix points ayant fait l’objet d’une mesure sont le milieu de la cour de récréation (point 2 le la campagne de mesure) et la cantine au premier étage (point 6) où le champ mesuré ressort respectivement à 0,54 et 0,69 volts/mètre (V/m);
* le champ électrique cumulé (toutes sources d’émission ou services confondus, ceux-ci étant au nombre de onze et n’étant pas cumulables) est de 0,50 V/m au point 2 et de 1,25 V/m au point 6 ;
* qu’aucune des mesures individuelles effectuées aux points 2 et 6 pour chacun des onze services ayant des équipements dans le clocher ne dépasse 1 V/m ; qu’il en va de même pour le champ extrapolé (correspondant à l’hypothèse la plus défavorable d’une saturation concomitante de tous les services) ;
* que rapportés aux valeurs limites fixées par la réglementation pour chacune des onze sources d’émission (40,4 volts/m pour le GSM et 59,9 volts/m pour le DECT ou l’UMTS par exemple), les champs les plus élevés observés ne dépassent pas 0,88 % pour le GSM 900 au point 2 et 2,29 % au point 6 ;
* que le champ électrique cumulé ne dépasse pas 1,8 % de la limite maximale la plus sévère autorisée (28 V/m pour les services HF, PMR, FM et TV) au point 2 et 5 % au point 6.

Selon la synthèse du rapport, « le champ électrique moyen est 56 fois inférieur au niveau de référence le plus faible. La valeur limite est respectée. »

Comme cela avait déjà été indiqué lors du conseil d’administration de l’OGEC, les antennes installées dans le clocher avec toutes les autorisations requises ne présentent aucun danger pour les enfants scolarisés à l’école.

Le rapport de la société Emitech est consultable à l’Ecole.

 

2. Participation de la mairie aux frais de cantine

Trouvez toutes les informations en cliquant ici.

 

Communiqué de l’OGEC aux parents d’élèves

 

Suite aux inquiétudes manifestées par quelques parents au sujet de la présence d’émetteurs radio dans le clocher de l’église Sainte-Thérèse à proximité de l’école Saint-François d’Assise, l’OGEC a sollicité, à la demande de l’APEL, une société spécialisée pour mesurer le champ électrique dans les locaux de l’école.

 

Cette campagne de mesure a été réalisée par une société accréditée, la société Emitech, le 16 juin 2010 sur 10 points ou emplacements différents selon le protocole de mesure défini le 15 avril 2004 par l’Agence nationale des fréquences, avec du matériel spécialement étalonné et certifié. Le rapport établi par la société Emitech le 9 juillet 2010 a également été communiqué à tous les opérateurs ayant des installations dans le clocher et à l’Agence nationale des fréquences.

 

Il en ressort que

  • les deux points les plus exposés (ceux où le champ électrique est le plus élevé) parmi les dix points ayant fait l’objet d’une mesure sont le milieu de la cour de récréation (point 2 le la campagne de mesure) et la cantine au premier étage (point 6) où le champ mesuré ressort respectivement à 0,54 et 0,69 volts/mètre (V/m);
  • le champ électrique cumulé (toutes sources d’émission ou services confondus, ceux-ci étant au nombre de onze et n’étant pas cumulables) est de 0,50 V/m au point 2 et de 1,25 V/m au point 6 ;
  • qu’aucune des mesures individuelles effectuées aux points 2 et 6 pour chacun des onze services ayant des équipements dans le clocher ne dépasse 1 V/m ; qu’il en va de même pour le champ extrapolé (correspondant à l’hypothèse la plus défavorable d’une saturation concomitante de tous les services) ;
  • que rapportés aux valeurs limites fixées par la réglementation pour chacune des onze sources d’émission (40,4 volts/m pour le GSM et 59,9 volts/m pour le DECT ou l’UMTS par exemple), les champs les plus élevés observés ne dépassent pas 0,88 % pour le GSM 900 au point 2 et 2,29 % au point 6 ;
  • que le champ électrique cumulé ne dépasse pas 1,8 % de la limite maximale la plus sévère autorisée (28 V/m pour les services HF, PMR, FM et TV) au point 2 et 5 % au point 6.

 

Selon la synthèse du rapport, « le champ électrique moyen est 56 fois inférieur au niveau de référence le plus faible. La valeur limite est respectée. »

 

Comme cela avait déjà été indiqué lors du conseil d’administration de l’OGEC, les antennes installées dans le clocher avec toutes les autorisations requises ne présentent aucun danger pour les enfants scolarisés à l’école.

 

Le rapport de la société Emitech est consultable à l’Ecole.
Copyright © 2010 Apel Sfa. Tous droits réservés.
Intermediart